Bouture de trogne pour fruitiers vigoureux à pépins

greffer.net >> Multiplication végétative

flyingdust a écrit le 16/03/2014 22:40
Je voudrai savoir si quelqu'un a un retour d'expérience plus complet que moi sur la question.
J'ai fait l'année passée trois boutures de trognes de figuiers.
Elles avaient plus ou moins 5 ans d'âge, taillées chaque année, donc ça donnait de beaux moignons recouverts de cals cicatriciels et de cellules ligneuses anarchiques.
J'ai placé ces moignons à moitié dans la terre, et c'est reparti du feu de dieu, tous les trois, en belle cépée, avec une vitesse et une réussite inégalée par rapport à mes boutures "classiques".
Ne l'ayant testé que sur trois boutures trognes, l'expérience est un peu maigre pour en tirer des conclusion.
Donc c'est surtout des questions, que je me pose pour le moment.
L'énergie accumulée dans un moignon de taille bien recouvert, les cellules ligneuses anarchiques plus résistantes à la pourriture, tout ça donne t'il un sérieux avantage à la bouture? Puis je espérer une croissance plus rapide pendant plusieurs années et aussi une mise à fruits plus rapides?
Serait t'il intéressant d'adapter la bouture trogne aux fruitiers à pépins, afin d'avoir des fruitiers non greffés, fidèles, et éventuellement en cépées? Il faudrait dans ce cas des variétés particulièrement résistantes sur raçines propres, y en a t'il qui ont cette réputation?

L'idée serait donc de prendre un fruitier à pépins déjà greffé, un cultivar particulièrement résistant et vigoureux, tailler certaines de ces branches proches du tronc en trognes (ça veut dire pas de fruits sur ces branches) pendant trois, quatre, cinq ans, voire plus. Ensuite l'idée est de couper la trogne ou moignon à ras du tronc, et de bouturer celle-ci en pleine terre pour qu'elle forme un fruitier en cépée sur propres racines qu'il n'est pas nécessaire de greffer.
floyd a écrit le 17/03/2014 21:09
Quoiqu'on en dise le greffage reste une technique simple et facile à réussir, donnant des végétaux durables et adaptés aux différents sols.

Tenter de nouvelles techniques, pourquoi pas. Sur ce forum les véritables nouveautés sont rares!
Pépiniéristes et arboriculteurs ont plusieurs siècles d'avance sur nous.

Ceci dit, nous n'avons connaissance que des solutions qui marchent.
Les tentatives qui ont échoué, l'histoire en parle rarement.

La pratique que tu nous proposes, flyingdust, me parait longue et difficile.
Cette boule de bois, une fois mise en terre, risque tout simplement de pourrir, après avoir donné ou pas un système racinaire bizarrement conformé.

Je reste curieux des tentatives dont tu pourras nous faire part.
bennes a écrit le 19/03/2014 01:18
Bonjour,

J'ai fait l'année passée trois boutures de trognes de figuiers.
Elles avaient plus ou moins 5 ans d'âge, taillées chaque année, donc ça donnait de beaux moignons recouverts de cals cicatriciels et de cellules ligneuses anarchiques.
J'ai placé ces moignons à moitié dans la terre, et c'est reparti du feu de dieu, tous les trois, en belle cépée, avec une vitesse et une réussite inégalée par rapport à mes boutures "classiques".

As-tu des photos pour illustrer les opérations que tu cites ?
- vue de la trogne avant coupe
- vue de la bouture avant plantation
- résultat de la reprise

Ce procédé m'intéresse particulièrement pour des arbres à pépins et à noyaux...

bernard.
flyingdust a écrit le 21/03/2014 21:36
Je n'ai malheureusement pas de photo, mon appareil est hs depuis plusieurs années.
Merci pour vos réponses.
@ Floyd: selon qu'il a un certain taux d'humidité et de lumière
, un bourgeon dormant devient soit une branche soit une racine.
Cette boule de bois à moitié enfoncée en terre a ; 1) bien davantage de bourgeons dormants qui peuvent potentiellement devenir des racines
2) bien davantage de bourgeons dormants qui peuvent devenir des têtes également (on peut en supprimer une partie si on veut privilégier le développement d'un système racinaire dense qui alimentera efficacement la tête choisie)
3) une structure lignifiée bien plus résistante à la pourriture car particulièrement dense, plus agée que les uns ou deux ans classiques pour les boutures, et anarchique.

Je pense donc qu'il y a particulièrement peu de chance que ça pourrisse en terre.

Dès que j'ai du neuf, je vous tiens au courant!
floyd a écrit le 22/03/2014 00:53
Le bois (lignine) un peu plus durable certainement, mais l'écorce et les bourrelets cicatriciels d'une trogne exposée aux intempéries sont souvent atteints par la pourriture (arbres à cavités) . Cette boule de tissus anarchiques une fois exposée à l'humidité et aux organismes vivants du sol, la dégradation sera rapide.

Outre l'humidité et l'ombre, le végétal réagit aussi selon l'intensité des messagers hormonaux.
Difficile de prédire comment peut fonctionner une trogne.

Mais tu as raison, il faut faire plusieurs tentatives, pour que se dégagent quelques constats.
François du Perche a écrit le 22/03/2014 10:35
il est à craindre que le figuier soit l'exception qui confirme la règle que la plupart des bois enterrés qui ne sont plus alimentés par de la sève pourrissent. Mais c'est intéressant de tester, avec des traitements fongicides naturels préventifs , genre macérat d'ail dans l'huile qui a en plus l'avantage de repousser les petites bêtes qui pourraient avoir envie de goûter cette trogne enterrée.
flyingdust a écrit le 22/03/2014 12:07
Merci pour le truc du macérat d'ail! Ca peut être un bon coup de pouce au début :=)
Je précise juste que la trogne est à moitié enterrée, un peu comme quand on repique un bulbe d'oignon.
Et puis je pensai à une idée pour les prochaines (je ne l'ai pas fait sur celles ci),
C'est de garder le bras du moignon (le bout de branche qui la reliait au tronc du frutier) et d'enfoncer celui ci dans la terre, jusqu'à ce que la trogne soit simplement posée sur le substrat.

Encore désolé une photo serait mille fois plus explicite qu'une explication écrite.
ké20 a écrit le 23/03/2018 20:44
j'ai entendu pas mal de chose dernièrement sur les trognes , Notamment grâce aux vidéos de Christophe Koeppel , et le bien connu Francis Hallé !
Les trognes sont des arbres qui vivent plus longtemps que des arbres "classiques" , ils décrivent les nouvelles jeunes pousses des trognes comme des nouveaux arbres à part poussant sur le trogne , et rendant le système racinaire bien plus fort et puissant .


greffer.net >> Multiplication végétative